Vous n'êtes pas identifié (connexion)

Centre de recherche

VENDREDI 24 MARS

Prof. Taha B. M. J. Ouarda

Conférence

Modèles statistiques en épidémiologie

Calendrier >

BOTTIN

Jacques-P. Tremblay

Formation
PhD Neurosciences UCSD

Aucune offre active

Autres opportunités de carrière
Axe principal
Neurosciences
Adresse(s)
Centre Hospitalier de l'Université Laval (CHUL)
2705, boulevard Laurier
P-0-9300
Québec (Québec)
CANADA G1V 4G2

Téléphone(s)
+1 418-525-4444, poste 42186
Télécopieur(s)
+1 418-654-2207
Courriel(s)
jacques-p.tremblay@crchudequebec.ulaval.ca
Développement de thérapies cellulaires et géniques pour les maladies héréditaires
L'équipe du Dr Tremblay poursuit des travaux de recherche visant à mettre au point des traitements pour la dystrophie musculaire de Duchenne et pour l'ataxie de Friedreich.
 
La dystrophie musculaire de Duchenne est due à une mutation du gène codant pour la dystrophine. Cette mutation mène à l'absence de cette protéine sous la membrane des fibres musculaires. Le traitement développé par cette équipe est basé sur la transplantation de cellules, appelées myoblastes,  qui forment les fibres musculaires. Cette équipe a complété un essai clinique de Phase I qui a produit de très bons résultats. En effet, pour la première fois, un traitement a permis l'expression de la dystrophine chez 8 des 9 patients ayant complété l'essai clinique (voir Skuk et al.  J Neuropathol Exp Neurol 65(4): 371-86, 2006 Skuk et al. Neurom. Disorders 17, 38-46, 2007). Dystrophie musculaire Canada a d'ailleurs nommé le Dr Tremblay Chercheur canadien de l'année en 2005. De plus, il a reçu en 2006 le Prix Henry Friesen du Collège Royal des Médecins et Chirurgiens du Canada pour cette réussite. Cette équipe poursuit aussi des travaux visant à corriger le gène de la dystrophine avec diverses endonucléases (méganucléases, nucléases à doigts de zinc et Tal effector nucléases). Les gènes codant pour ces enzymes peuvent être modifiés pour produire une nucléase qui coupe le double brin d'ADN à une séquence précise de plus de 12 paires de base qui est donc unique dans le génome. La coupure du gène de la dystrophine avec un de ces endonucléases spécifiques permet de corriger ce gène par recombinaison homologue ou réparation non homologue. Ce dernier mode de réparation permet de rétablir le cadre de lecture du gène de la dystrophine chez des patients qui ont une délétion qui change le cadre de lecture (voir Chapdelaine et al. Gene Therapy 17: 846-858, 2010). 
 

Cette équipe travaille aussi depuis un an sur le développement d'une thérapie  pour l'ataxie de Friedreich, une maladie héréditaire due à l'augmentation du nombre de répétitions d'une séquence de 3 nucléotides dans l'intron 1 du gène de la frataxine. Cette mutation réduit l'expression de ce gène, et donc la quantité de protéines frataxine présentes dans les cellules. Cette protéine joue un rôle essentiel dans le métabolisme du fer dans les mitochondries et sa réduction entraîne un stress oxydatif qui provoque la mort des cellules, particulièrement les neurones et les cellules cardiaques. La thérapie poursuivie par cette équipe est basée sur l'administration de la protéine frataxine recombinante, couplée à un peptide qui permet à cette protéine de pénétrer dans les cellules. Ce projet de recherche est subventionné par l'Association Canadienne des Ataxies Familiales. 

Équipe de recherche

Zoé Coulombe, assistante de recherche
Joël Rousseau, assistant de recherche
Christine Dufour, assistante de recherche
Pierre Chapdelaine, assistant de recherche
Daniel Skuk, professionnel de recherche
Marlyne Goulet, technicienne de laboratoire

Jean-Paul Iyombe, étudiant en maîtrise

Laetitia Mavinga, étudiante en maîtrise

Amina Dahmani, étudiante au doctorat

Sébastien Goudenege, stagiaire postdoctoral

  

Projet(s) de recherche reconnu(s) par l'Université Laval

Autre(s) projet(s) de recherche actif(s)

Aucun projet de recherche à afficher

Publications récentes (voir toutes les publications de ce chercheur)

Perrin A, Rousseau J, Tremblay JP. Increased Expression of Laminin Subunit Alpha 1 Chain by dCas9-VP160. Molecular therapy. Nucleic acids,  2017. 6: 68-79
Sanchez N, Chapdelaine P, Rousseau J, Raymond F, Corbeil J, Tremblay JP. Characterization of frataxin gene network in Friedreich's ataxia fibroblasts using the RNA-Seq technique. Mitochondrion,  2016. Epub
Chapdelaine P, Gerard C, Sanchez N, Cherif K, Rousseau J, Ouellet DL, Jauvin D, Tremblay JP. Development of an AAV9 coding for a 3XFLAG-TALEfrat#8-VP64 able to increase in vivo the human frataxin in YG8R mice. Gene therapy,  2016. 23: 606-14
Tremblay JP, Iyombe-Engembe JP, Duchene B, Ouellet DL. Gene Editing for Duchenne Muscular Dystrophy Using the CRISPR/Cas9 Technology: The Importance of Fine-tuning the Approach. Molecular therapy : the journal of the American Society of Gene Therapy,  2016. 24: 1888-1889
Skuk D, Tremblay JP. Confirmation of donor-derived dystrophin in a Duchenne muscular dystrophy patient allotransplanted with normal myoblasts. Muscle & nerve,  2016. Epub
Iyombe-Engembe JP, Ouellet DL, Barbeau X, Rousseau J, Chapdelaine P, Lague P, Tremblay JP. Efficient Restoration of the Dystrophin Gene Reading Frame and Protein Structure in DMD Myoblasts Using the CinDel Method. Molecular therapy. Nucleic acids,  2016. 5: e283
Filali M, Lalonde R, Gerard C, Coulombe Z, Tremblay JP. Sensorimotor skills in Fxn KO/Mck mutants deficient for frataxin in muscle. Brain research,  2015. 1608: 91-6
Skuk D, Tremblay JP. Cell therapy in muscular dystrophies: many promises in mice and dogs, few facts in patients. Expert opinion on biological therapy,  2015. 15: 1307-19
Skuk D, Cellot S, Delisle JS, Fradette J, Gilbert R, Safoine M, Teira P, Tremblay J, Beauséjour C. Thérapie cellulaire et génique (Chapitre 7) In: Beaulieu P, Pichette V, Desroches J, Du Souich, eds.  Précis de pharmacologie : du fondamental à la clinique Montréal, QC: Les Presses de l'Université de Montréal, 2015. p.161-182.
Tremblay JP. [The CRISPR system can correct or modify the expression of genes responsible for hereditary diseases]. Médecine sciences : M/S,  2015. 31: 1014-22
© 2017 Tous droits réservés Centre de recherche du CHU de Québec